www.news.admin.ch

La présente édition est conçue pour les navigateurs sans soutien CSS suffisant et s'adresse en priorité aux malvoyants. Tous les contenus peuvent également être visualisés à l'aide de navigateurs plus anciens. Pour une meilleure visualisation graphique, il est toutefois recommandé d'utiliser un navigateur plus moderne comme Mozilla 1,4 ou Internet Explorer 6.

Début sélection langue



Début navigation principale

Fin navigation principale


Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Engagement de la Suisse dans la lutte contre les mines antipersonnel et les armes à sous-munitions

Berne, 04.04.2013 - Environ 325 000 mines antipersonnel et plus de 150 000 bombes à sous-munitions ont été détruites à travers le monde sur la période 2011/2012. Malgré cela, des millions de personnes restent menacées par ce type d’armes pendant les conflits et même après la fin des hostilités. La Suisse est un acteur de premier plan de la lutte contre les mines antipersonnel, les armes à sous-munitions et les restes explosifs de guerre. Elle y a consacré 17,25 millions de francs l’an passé. La Journée internationale de sensibilisation au problème des mines, célébrée aujourd’hui, lui donne l’occasion de dresser un bilan de son engagement pour l’année 2012.

Les mines antipersonnel, les armes à sous-munitions et autres restes explosifs de guerre mutilent voire tuent chaque année des milliers de personnes. D’après des estimations, elles auraient fait quelque 10 000 victimes à travers le monde. Des millions d’individus sont, dans des régions en conflit sous la menace de ces armes qui, même longtemps après la fin des conflits, entravent le développement économique et social. Ces dix dernières années, le nombre de victimes a pu être réduit d’un tiers, grâce notamment à l’intervention de la Suisse qui, depuis le début des années nonante, participe pour une part importante aux efforts déployés par la communauté internationale. Notre pays compte en effet parmi les dix principaux donateurs. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) s’appuient, dans ce contexte, sur la stratégie antimines 2012-2015.

La Convention dite d’Ottawa, ouverte à la signature en 1997, porte sur l’interdiction, à l’échelle mondiale, des mines antipersonnel et, depuis 2010, une convention du même type interdit le recours aux armes à sous-munitions (entrée en vigueur en Suisse : 2013). Ces deux textes sont des jalons importants de la lutte contre les mines antipersonnel et les armes à sous-munitions. La Suisse, aux côtés d’autres pays, va continuer à s’engager en faveur d’une ratification universelle de ces deux textes, à œuvrer pour qu’ils  soient respectés et, en particulier, tenter de convaincre les pays importants qui ne les ont pas encore ratifiés de le faire.

Le DFAE se mobilise sur le plan politique au niveau international mais s’engage également dans des projets antimines concrets, comme en Bosnie-Herzégovine, au Burundi, en Colombie, au Kosovo, au Laos, au Liban, en Libye, au Mozambique, au Myanmar, au Niger, au Sénégal, en Somalie/Somaliland, au Soudan du Sud et au Tchad. Il collabore en outre avec différents partenaires, notamment avec le Centre international de déminage humanitaire de Genève (CIDHG) et l’ONG Appel de Genève. Cette dernière travaille avec des acteurs armés non gouvernementaux et tente, par la transmission de savoir, de les faire renoncer aux mines antipersonnel et de les convaincre de les éliminer pour protéger la population civile dans les zones placées sous leur contrôle. 

L’armée suisse a détaché en 2012, dans le cadre de mesures militaires de promotion de la paix, une douzaine de militaires, et a apporté ainsi sa contribution à des programmes de déminage de l’ONU en République démocratique du Congo, au Laos, en Somalie / Somaliland, au Soudan du Sud, au Sahara occidental et au siège de l'ONU à New York. Il s’agissait concrètement de développer sur place des capacités locales ainsi que des structures de gestion et de direction, et de former du personnel aux travaux de déminage.

Pour plus d'informations :

Information DFAE
Tél. : + 41 (0)31 322 31 53

Communication DDPS
Mme Karin Suini
Tél. +41 (0)31 324 50 86

Données en annexe:

Rapport annuel 2012 sur la mise en œuvre de la stratégie antimines de la Confédération 2012-2015 (pdf, 171kb)

Références supplémentaires:

externe  Désarmement et non-prolifération: mines
externe  DDC : Les séquelles des conflits passés rendent la reconstruction impossible
externe  Armée Suisse : déminage humanitaire
externe  Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction (en, fr, es)
externe  Campagne internationale pour interdire les mines, ICBL
externe  Convention sur les armes à sous-munitions (Convention on Cluster Munitions, CCM) (en)
externe  Observatoire des mines et des armes à sous-munitions (en)

Adresse pour l'envoi de questions:

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: (+41) 031 322 31 53
Fax: (+41) 031 324 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch

Auteur:

Département fédéral des affaires étrangères
Internet: http://www.eda.admin.ch/eda/fr/home/recent/media.html
Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports
Internet: http://www.vbs.admin.ch
Recherche plein texte



Les autorités fédérales de la Confédération suisse
info@bk.admin.ch | Informations juridiques
http://www.news.admin.ch/message/index.html?lang=fr