www.news.admin.ch

La présente édition est conçue pour les navigateurs sans soutien CSS suffisant et s'adresse en priorité aux malvoyants. Tous les contenus peuvent également être visualisés à l'aide de navigateurs plus anciens. Pour une meilleure visualisation graphique, il est toutefois recommandé d'utiliser un navigateur plus moderne comme Mozilla 1,4 ou Internet Explorer 6.

Début sélection langue



Début navigation principale

Fin navigation principale


Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Redécouverte de la valeur du capital naturel

Berne, 20.04.2013 - Le capital naturel a une importance économique: il joue par exemple un rôle déterminant dans la revalorisation des destinations touristiques ou dans la protection naturelle contre les inondations. Lors de la réunion de printemps de la Banque mondiale, qui a lieu du 18 au 21 avril à Washington, le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann a signé deux accords portant sur plus de 2,5 millions de dollars chacun, qui soutiennent la valorisation du capital naturel dans les pays en développement.

Les ressources naturelles (p. ex. eau, forêt, air, minéraux) ne sont pas toujours appréciées à leur juste valeur, notamment dans les pays en développement. Ainsi, dans de nombreux pays, de vastes forêts sont encore défrichées sans que les éventuelles conséquences concernant l’érosion, le régime des eaux ou les changements climatiques aient au préalable été étudiées en détail. La prise en considération du capital naturel contribuerait pourtant au développement durable et à l’amélioration des conditions de vie.

C’est pourquoi le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) soutient, dans le cadre de la coopération et du développement économiques, deux initiatives complémentaires de la Banque mondiale et de la Société financière internationale (SFI) pour une durée de trois ans. Ces initiatives s’articulent autour de l’évaluation et de la prise en considération des ressources naturelles tant dans la sphère publique que dans les milieux économiques.

Le projet avec la Banque mondiale soutient les gouvernements des pays en développement afin que ceux-ci soient en mesure d’analyser les conséquences des mesures économiques sur le capital naturel de leur pays et de mieux les évaluer. Cette démarche doit permettre de définir les conditions-cadre et les incitations économiques de manière à ce que les entreprises privées intègrent elles aussi la gestion durable des ressources naturelles dans leurs prises de décisions. La SFI, le bras privé de la Banque mondiale, aidera, dans le cadre d’un projet complémentaire, des entreprises des secteurs centraux de l’économie au vietnamienne et de l’économie colombienne à mettre au point des méthodes permettant d’évaluer le capital naturel utile aux entreprises et de l’utiliser de façon efficiente à long terme.

Cet engagement se démarque par le fait qu’il associe étroitement le soutien au secteur privé et au secteur public d’un pays.

Adresse pour l'envoi de questions:

Hans-Peter Egler, SECO, Coopération et développement économiques,
Promotion commerciale, tél. +41 79 417 13 69

Auteur:

Secrétariat d'Etat à l'économie
Internet: http://www.seco.admin.ch
Recherche plein texte



Les autorités fédérales de la Confédération suisse
info@bk.admin.ch | Informations juridiques
http://www.news.admin.ch/message/index.html?lang=fr