www.news.admin.ch

La présente édition est conçue pour les navigateurs sans soutien CSS suffisant et s'adresse en priorité aux malvoyants. Tous les contenus peuvent également être visualisés à l'aide de navigateurs plus anciens. Pour une meilleure visualisation graphique, il est toutefois recommandé d'utiliser un navigateur plus moderne comme Mozilla 1,4 ou Internet Explorer 6.

Début sélection langue



Début navigation principale

Fin navigation principale


Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Sel de cuisine : hausse du taux d'enrichissement en iode

Berne, 07.01.2014 - Afin de prévenir une carence en iode dans la population suisse, cet oligo-élément peut être ajouté au sel de cuisine depuis 1920. Cette mesure a déjà permis d'éradiquer les maladies générées par le manque d'iode et qui étaient autrefois très répandues comme le goitre ou certains troubles du développement mental. Dans son dernier rapport, la Commission fédérale de l’alimentation (COFA) indique que la stratégie actuelle pour assurer un apport en iode suffisant au sein de la population doit être encore améliorée. Elle recommande donc d'augmenter la teneur en iode du sel de cuisine vendu en Suisse : A partir le 1er janvier 2014, celle-ci a donc passé de 20 à 25 milligrammes par kg de sel.

Dans son dernier rapport, la COFA montre que le statut iodé de la population suisse s'est détérioré ces dernières années. Elle recommande dès lors d'augmenter la quantité d'iode dans le sel de cuisine. A partir du 1er janvier 2014, celle-ci a passé de 20 à 25 milligrammes par kg de sel.  Le consommateur pourra cependant encore opter pour du sel de cuisine ne contenant pas d'iode, les deux types de sel étant clairement reconnaissables à leur étiquette.

La COFA précise qu'il y a lieu d'améliorer l'apport en iode principalement chez les femmes en âge de procréer, les femmes qui allaitent, les nourrissons et les enfants en bas âge. Cette recommandation découle de deux facteurs : d'une part, l'industrie alimentaire a moins recouru au sel iodé ces dernières années. En France, par exemple, il est interdit d'utiliser ce type de sel dans la confection des produits prêts à l'emploi. La législation en la matière pouvant différer d'un pays à l'autre, certains exportateurs renoncent à faire le commerce de denrées alimentaires enrichies en iode pour ne pas être prétérités. D'autre part, la consommation de sel a légèrement baissé au fil du temps. Cela constitue en soi un progrès réjouissant du point de vue sanitaire, mais a entraîné une diminution de la consommation d'iode.

Afin de prévenir durablement les carences en iode, des enquêtes nationales seront menées régulièrement afin de vérifier le statut iodé des groupes à risque.

Références supplémentaires:

externe  Site Internet:

Auteur:

Département fédéral de l'intérieur
Internet: http://www.edi.admin.ch
Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires
Internet: http://www.blv.admin.ch
Recherche plein texte



Les autorités fédérales de la Confédération suisse
info@bk.admin.ch | Informations juridiques
http://www.news.admin.ch/message/index.html?lang=fr